Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

Publié le 24/01/2012

Washington exige de Sarkozy que la France maintienne ses soldats dans le bourbier afghan

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton vient de déclarer :

1)- que les autorités américaines sont « en contact étroit avec nos collègues français » ;

2)- qu'elle « n'a aucune raison de penser que la France ne va pas continuer à prendre part au processus délicat de transition en Afghanistan ».


Il s'agit bien sûr de termes diplomatiques exprimés devant la presse. Comme le savent tous les diplomates, ces phrases sont des euphémismes dont la traduction en langage normal est la suivante :

1)- « les autorités américaines sont en contact étroit avec nos collègues français ».
Traduction en langage normal : Nous avons appelé MM. Sarkozy, Juppé et Longuet pour taper du poing sur la table (= "contact étroit") : nous avons exigé que, quels que soit le nombre de soldats français morts, les forces françaises restent sur place à faire le sale boulot à notre place. Pas question d'un retrait français !

2)- « Les États-Unis n'ont aucune raison de penser que la France ne va pas continuer à prendre part au processus délicat de transition en Afghanistan ».

Traduction en langage normal : M. Sarkozy, qui n'a jamais rien à nous refuser, nous a confirmé qu'il acceptait en effet de laisser encore les troupes françaises en Afghanistan. Nous avons vérifié auprès de MM. Juppé et Longuet que notre consigne leur avait bien été transmise par M. Sarkozy.


Source : http://www.romandie.com/news/n/_Afghanistan_Clinton_ne_cr...


=========================================================

François ASSELINEAU
Candidat à l'élection présidentielle française de 2012


Union Populaire Républicaine
Internet : www.u-p.r.fr
Twitter : @UPR_Asselineau   #Asselineau   #UPR
Facebook : www.facebook.com/upr.francoisasselineau
=========================================================

Publié le 20/01/2012

Triple A : Comment interpréter cette notation délivrée par une agence (américaine) ?

François Asselineau.jpgLe 16/01/2012

François ASSELINEAU était invité à débattre avec l'économiste et responsable politique Christian SAINT-ÉTIENNE dans le cadre de l'émission politique et économique matinale "LE GRAND TÉMOIN".

Emission animée par le journaliste Louis DAUFRESNE sur RADIO NOTRE DAME.

 

 

Extrait de l'interview :

 

Question : Comment interpréter cette note délivrée par une agence (américaine) ?

 

Je me mets à la place d'un auditeur qui ne connaît pas forcément très bien les questions économiques et financières.

 Et je me pose une question toute bête : « Mais enfin, il y a encore 10 ans, personne ne parlait de ces trucs là. C'est quoi ce triple A dont on nous bassine – excusez-moi tous les jours ? »

Lorsque Mr Mitterrand a été élu en 1981, personne n'a parlé de triple A. Qu'est ce que cela veut dire ?

Je voyais hier une déclaration ahurissante de Mr François FILLON, 1er ministre, qui disait en ricanant qu'il faudrait que Mr Hollande soumette son programme à Standards & Poors pour voir ce qu'ils en penseraient ?

J'ai vu que Standards & Poors avait envisagé de dégrader la note – parce qu'ils ne notent pas seulement les États, ils notent également les entreprises – d'Aréva si d'aventure on se mettait à mettre un terme au programme électronucléaire français...

Bientôt Standards & Poors et Moody's vont nous expliquer pour qui il faut qu'on vote et quel doit être notre programme politique, on en est là.

Moody's c'est l'autre grande agence. Il y a Standards & Poors, Fitch qui est français et une autre qui est chinoise.

Ce que je voudrait rappeler :

C'est que d'abord, derrière ces noms, il y a des gens et il y a des intérêts. Standars & Poors c'est une entreprise qui s'appelle « McGraw-Hill » et c'est un Mr McGraw qui est derrière tout cela. Et Moody's, le principal actionnaire de Moody's, c'est Mr Warren-Buffet qui est la troisième fortune mondiale selon Forbes, et qui a 13 % du capital (et parmi les autres actionnaires, il n'y en a aucun qui atteint les 5 %).

Cela veut donc dire que nous avons affaire derrière nous avons à faire à des intérêts très très ciblés, qui sont là à dire ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire.

Donc la première question que devrait se poser les français, c'est « Comment en sommes-nous arrivés là ? », que l'ensemble des pays européens, les pays du monde, soient désormais la corde au cou devant une camarilla – il faut dire les choses telles qu'elles sont –, une toute toute petite oligarchie financière.

Ceci vient d'un simple fait, c'est la déréglementation généralisée des mouvements de capitaux. C'est à dire au début des années 70 et même au début des années 80, la France n'était pas du tout comme cela. La France, c'est-à -dire le peuple français, n'était pas redevable de ce que pensait Mr Warren Buffet de sa gestion.

La toute première chose à faire c'est de se poser la question sur un bilan et le bien-fondé de la déréglementation généralisée des mouvements de capitaux.


Question : Pourquoi sommes-nous redevable auprès d'agences de notation, que personne ne connaît ? (en tout cas pas ce qui est derrière ?)

Parce que cela pose derrière la question du financement de l'économie. Et cela pose derrière la question des articles essentiels des traités européens :

  • l'article 63 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) qui prévoit la libre circulation des mouvements de capitaux - qui organisent d'ailleurs les délocalisations.
  •  l'article 123 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) qui interdit la monétarisation du déficit public

Tout ceci sont des contraintes qui nous ont été imposées par la construction européenne au niveau européen et qui nous mènent directement dans le mur.

 

Source : Interview disponible en vidéo ici : Interview de François ASSELINEAU sur radio Notre Dame (Le triple A et la crise de l'euro)

=========================================================
François ASSELINEAU
Candidat à l'élection présidentielle française de 2012


Union Populaire Républicaine
Internet : www.u-p.r.fr
Twitter : @UPR_Asselineau   #Asselineau   #UPR
Facebook : www.facebook.com/upr.francoisasselineau

=========================================================

19:03 Publié dans Actualités, Comprendre l'Union européenne et l'euro | Lien permanent | Tags : aaa | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer

Publié le 15/01/2012

9 États de la zone euro sont dégradés d'un coup par Standard & Poors

AAA

1)- La France a perdu sa note financière AAA, désormais abaissée d'un cran, à AA+, avec perspective négative. Cette perspective négative signifie que l'agence envisage de dégrader à nouveau cette note à moyen terme. La chance de dégradation en 2012 ou 2013 est d'"au moins une sur trois", précise l'agence.

2)- L'Espagne chute de 2 crans et tombe à un simple A avec perspective négative

3)- L'Italie chute de 2 crans à BBB+ ;

4)- Le Portugal chute de 2 crans, à BB en catégorie spéculative ;

5)- Chypre chute de 2 crans et passe à BB+ en catégorie spéculative.

6)- L'Autriche perd un cran et tombe à AA+ (comme la France),

7)- La Slovénie perd un cran et tombe à A,

8)- La Slovaquie perd un cran et tombe à A+,

9)- Malte perd un cran et tombe à A-.

 

http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2012/01/13...

12:42 Publié dans Actualités, Comprendre l'Union européenne et l'euro | Lien permanent | Tags : aaa | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer