Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

François Asselineau : "Pourquoi je suis entré en politique", Reste-t-on fréquentable lorsque l'on dit vouloir sortir de l'Union européenne ?

François Asselineau - Extrait interview sur Yvelines radio

J'avais commencé une carrière tout à fait classique de quelqu'un qui a fait HEC et qui a fait L'ENA, et qui, travaillant dans l'administration, a eu l'occasion d'aller dans des cabinets ministériels. Si j'ai pris cette décision, c'est pour des raisons solides et sérieuses - qui me valent d'ailleurs d'avoir brisé ma carrière administrative.

Les raisons, c'est que j'ai découvert, petit à petit, tout au long des années 90 et en grimpant dans la hiérarchie administrative, que quelque chose n'allait plus du tout dans notre pays. C'est qu'en réalité toutes les grandes décisions qui concernent notre avenir collectif sont imposées au peuple français et imposées à ses représentants. Nous vivons dans une démocratie d'apparence avec, pour la première fois dans l'humanité, une dictature - je n'hésite pas à utiliser ce mot - une dictature qui s'est imposée par l'ignorance et par l'ennui. Lorsque l'on commence à expliquer aux gens quels sont les pouvoirs qui ont été donnés à l'Union européenne, 98 % des oreilles se ferment, parce que c'est tellement ennuyeux.

Cela parait tellement lointain que l'on préfère parler d'autre chose. Le problème c'est qu'il y a un véritable vol du pouvoir qui a été fait. Sans que les français ne le comprennent bien, on leur à fait accepter dans la précipitation et l'urgence des référendums. On leur a dit que les traités de Maastricht, d'Amsterdam, de Nice, de Lisbonne c'était très très bien. Mais on ne leur a jamais expliqué quelles en étaient les conséquences concrètes.

Je les ai vues les conséquences concrètes. Les conséquences concrètes, c'est que désormais, que les français votent à droite, votent à gauche ou votent au centre, en réalité ils ont la même politique. Et cela les français ne le comprennent pas et ne l'admettent pas. Voilà pourquoi j'ai décidé d'entrer en politique, pour changer les choses, parce qu'il me semble qu'on ne peut pas continuer sur cette voie.







Reste-t-on fréquentable lorsque l'on dit vouloir sortir de l'Union européenne ?


Est-il normal de dire que l'on serait de droite (ou de gauche) parce que l'on souhaite sortir de l'Union européenne ? Retour sur le parcours de François Asselineau - Interview Radio Canut.
François Asselineau explique son travail dans des cabinets ministériels auprès de ministres qui sont considérés comme des ministres de droite (travail notamment auprès de Mr Longuet et Mr de Charette).

[extraits]

Comment cela se passe ?
Lorsqu'il y a un gouvernement en France, on propose - lorsqu'ils sont appréciés par leur hiérarchie - aux hauts fonctionnaires (qui sont des apolitiques, comme il l'était lui-même) d'entrer dans des cabinets ministériels auprès de ministres pour leur servir de conseiller. Ce sont des énarques pour l'essentiel, qui en fonction d'un nouveau gouvernement, en fonction de leur pyramide des ages, entrent dans un cabinet de droite ou de gauche, un petit peu par hasard. C'est un peu choquant mais c'est comme cela.

On lui a donc proposé d'aller au cabinet de Mr Longuet (c'était il y a 18 ans de cela). Il a vieillit depuis, il a murit et découvert plein de choses. Mais lorsqu'on est un jeune diplômé de l’École Nationale de l'Administration, cela fait partie du cours normal d'un déroulement de carrière.
C'est un vrai problème car en fait dans les entourage des ministres, il y a en fait, des clones, que ce soient des gouvernements socialistes ou UMP, il y a le même type de conseillers.


Il a donc travaillé dans des gouvernements, mais dire qu'il ait été de tel ou tel gouvernement est un peu excessif. Il n'a pas eu de poste de ministre, il n'a pas été nommé comme un membre du gouvernement. Il a fait partie d'une équipe, c'était un conseiller.

Qu'est-ce qu'il a découvert ?

Il est d'une sensibilité, d'une filiation gaulliste, c'est à dire, d'abord et avant tout c'est qu'il faut que la République soit une république souveraine et indépendante, défende l’intérêt du peuple français. Il est donc fondamentalement républicain.

Ce qu'il a découvert, c'est que progressivement, la construction européenne qui a été présentée aux français comme une œuvre de paix, une œuvre pour empêcher l’apparition de nouveaux conflits, est en fait une machinerie extrêmement compliquée, très ennuyante et que progressivement, sans que personne ne s'en rende compte, on avait volé petit à petit aux français tous leurs pouvoirs.

Les grandes décisions stratégiques ne leur appartenaient plus. ils ne faisaient qu'appliquer des décisions qui les dépassaient ; pas dans tous les domaines, il restait encore des marges de manœuvre, mais dans de plus en plus de domaines c'était comme cela que cela se passait.

Économie, social, finances, monnaie, géopolitique, diplomatie, culture, migratoire, militaire...les grandes décisions sont prises par Bruxelles dans le cadre des traités européens.



Écrit par Union Populaire Républicaine - Gard Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.