Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

Publié le 30/12/2011

François Asselineau : "Pourquoi je suis entré en politique"

François Asselineau - Extrait interview sur Yvelines radio

J'avais commencé une carrière tout à fait classique de quelqu'un qui a fait HEC et qui a fait L'ENA, et qui, travaillant dans l'administration, a eu l'occasion d'aller dans des cabinets ministériels. Si j'ai pris cette décision, c'est pour des raisons solides et sérieuses - qui me valent d'ailleurs d'avoir brisé ma carrière administrative.

Les raisons, c'est que j'ai découvert, petit à petit, tout au long des années 90 et en grimpant dans la hiérarchie administrative, que quelque chose n'allait plus du tout dans notre pays. C'est qu'en réalité toutes les grandes décisions qui concernent notre avenir collectif sont imposées au peuple français et imposées à ses représentants. Nous vivons dans une démocratie d'apparence avec, pour la première fois dans l'humanité, une dictature - je n'hésite pas à utiliser ce mot - une dictature qui s'est imposée par l'ignorance et par l'ennui. Lorsque l'on commence à expliquer aux gens quels sont les pouvoirs qui ont été donnés à l'Union européenne, 98 % des oreilles se ferment, parce que c'est tellement ennuyeux.

Cela parait tellement lointain que l'on préfère parler d'autre chose. Le problème c'est qu'il y a un véritable vol du pouvoir qui a été fait. Sans que les français ne le comprennent bien, on leur à fait accepter dans la précipitation et l'urgence des référendums. On leur a dit que les traités de Maastricht, d'Amsterdam, de Nice, de Lisbonne c'était très très bien. Mais on ne leur a jamais expliqué quelles en étaient les conséquences concrètes.

Je les ai vues les conséquences concrètes. Les conséquences concrètes, c'est que désormais, que les français votent à droite, votent à gauche ou votent au centre, en réalité ils ont la même politique. Et cela les français ne le comprennent pas et ne l'admettent pas. Voilà pourquoi j'ai décidé d'entrer en politique, pour changer les choses, parce qu'il me semble qu'on ne peut pas continuer sur cette voie.


 





Reste-t-on fréquentable lorsque l'on dit vouloir sortir de l'Union européenne ?


Est-il normal de dire que l'on serait de droite (ou de gauche) parce que l'on souhaite sortir de l'Union européenne ? Retour sur le parcours de François Asselineau - Interview Radio Canut.
François Asselineau explique son travail dans des cabinets ministériels auprès de ministres qui sont considérés comme des ministres de droite (travail notamment auprès de Mr Longuet et Mr de Charette).

[extraits]

Comment cela se passe ?
Lorsqu'il y a un gouvernement en France, on propose - lorsqu'ils sont appréciés par leur hiérarchie - aux hauts fonctionnaires (qui sont des apolitiques, comme il l'était lui-même) d'entrer dans des cabinets ministériels auprès de ministres pour leur servir de conseiller. Ce sont des énarques pour l'essentiel, qui en fonction d'un nouveau gouvernement, en fonction de leur pyramide des ages, entrent dans un cabinet de droite ou de gauche, un petit peu par hasard. C'est un peu choquant mais c'est comme cela.

On lui a donc proposé d'aller au cabinet de Mr Longuet (c'était il y a 18 ans de cela). Il a vieillit depuis, il a murit et découvert plein de choses. Mais lorsqu'on est un jeune diplômé de l’École Nationale de l'Administration, cela fait partie du cours normal d'un déroulement de carrière.
C'est un vrai problème car en fait dans les entourage des ministres, il y a en fait, des clones, que ce soient des gouvernements socialistes ou UMP, il y a le même type de conseillers.


Il a donc travaillé dans des gouvernements, mais dire qu'il ait été de tel ou tel gouvernement est un peu excessif. Il n'a pas eu de poste de ministre, il n'a pas été nommé comme un membre du gouvernement. Il a fait partie d'une équipe, c'était un conseiller.

Qu'est-ce qu'il a découvert ?

Il est d'une sensibilité, d'une filiation gaulliste, c'est à dire, d'abord et avant tout c'est qu'il faut que la République soit une république souveraine et indépendante, défende l’intérêt du peuple français. Il est donc fondamentalement républicain.

Ce qu'il a découvert, c'est que progressivement, la construction européenne qui a été présentée aux français comme une œuvre de paix, une œuvre pour empêcher l’apparition de nouveaux conflits, est en fait une machinerie extrêmement compliquée, très ennuyante et que progressivement, sans que personne ne s'en rende compte, on avait volé petit à petit aux français tous leurs pouvoirs.

Les grandes décisions stratégiques ne leur appartenaient plus. ils ne faisaient qu'appliquer des décisions qui les dépassaient ; pas dans tous les domaines, il restait encore des marges de manœuvre, mais dans de plus en plus de domaines c'était comme cela que cela se passait.

Économie, social, finances, monnaie, géopolitique, diplomatie, culture, migratoire, militaire...les grandes décisions sont prises par Bruxelles dans le cadre des traités européens.


Publié le 12/12/2011

ASSELINEAU 2012 : bientôt sur TF1 ?

Samedi 3 décembre 2012 - lors du Congrès national de l'Union Populaire Républicaine - François ASSELINEAU a annoncé sa candidature officielle à l'élection présidentielle de 2012.

La liberté de la presse en France est telle qu'aucun journaux ou média national n'a encore relayé cette information. L'AFP non plus d'ailleurs.

Lire la suite

Publié le 26/01/2011

Débat sur la radio Divergence FM

dans le cadre de l'émission politique "Provoscopie"

divergence FM.jpgCe débat fut, comme prévu, spécialement animé puisqu'il opposa François Asselineau (en dehors des clivages droite-gauche) à l’ancien ministre communiste des transports Jean-Claude Gayssot (majorité régionale PS) et à l'un des secrétaires nationaux du Nouveau Centre (droite, majorité présidentielle) Julien Devèze.

Nous laissons à nos lecteurs le soin de se faire une opinion sur ce débat qu'ils peuvent réécouter sur notre site www.u-p-r.fr.

Pour la petite histoire, il faut savoir que les deux contradicteurs de François Asselineau sont sortis du studio la tête basse et l'air déconfit. Le débat a révélé à la fois l'indigence de leur réflexion sur l'Europe, la connivence burlesque qui relie ces deux pseudo-opposants sur cette question centrale, et l'absence fascinante de tout argument sérieux à opposer aux analyses du président de l'UPR. Un détail qui ne trompe pas : le blog personnel de Julien Devèze (qui porte un intitulé américain :"So future" cf. http://sofuture.midiblogs.com/) n'a fait nulle mention du débat avec François Asselineau alors qu'il reprend d'ordinaire scrupuleusement les faits et gestes de son propriétaire.

Il est des silences qui sont plus éloquents que de longs discours...

Publié le 11/01/2011

Cycle de réunions publiques exceptionnelles dans le sud de la France du 17 au 22 janvier 2011

PHOTO.jpgDu 17 au 22 janvier, une série de rencontres avec François Asselineau entre Narbonne, Montpellier, Avignon et le Gard.
Au programme : conférences, débats, interventions devant des étudiants rencontres avec les adhérents et émission radio !


Cette programmation remarquable est aussi le signe du développement toujours croissant de l’UPR et la volonté de proposer de vraies réponses face aux attentes des Français. La clairvoyance de ses idées, la qualité de ses analyses et de ses propositions ainsi que sa vision stratégique pour la France semblent en effet rallier de plus en plus de monde.

Vous trouverez ci-dessous le programme détaillé de cette semaine exceptionnelle.





 

Lundi 17 janvier (12H30 à 14h00) - Divergence FM Montpellier et internet
Débat radio entre François Asselineau, Jean-Claude Gayssot et Julien Devèze.


Un débat qui s’annonce passionnant entre l’ancien ministre communiste (gauche),
le secrétaire national du Nouveau Centre (droite, majorité présidentielle)
et le président de l’Union Populaire Républicaine (UPR) (au-dessus- du clivage droite-gauche).


Divergence FM, la radio associative 100% libre de Montpellier
93.9 FM et en direct sur internet : http://divergence-fm.org/player/

 




 

Lundi 17 janvier à Montpellier(19h - 22h00)
Conférence “Les impasses de l’Europe” (réservée aux étudiants de l’École Pôle Sud)


Résumé : Cette conférence - non ouverte au public - décortique une série de problèmes majeurs qui se posent à la construction européenne, problèmes qui sont systématiquement passés sous silence dans les médias et les cercles de
réflexion, mais qui ne peuvent conduire qu’à l’explosion finale de l’édifice.


École Pôle Sud - École d’étudiants en classes préparatoires à Sciences Po et aux écoles de journalisme.
Adresse : 2, rue Saint Côme - Montpellier

 

 

 




 

Mardi 18 janvier à Narbonne (19h - 22h00)
Conférence-débat “Sortir de l’euro : mode d’emploi”
Résumé : Quelles monnaies supranationales ont existé avant l’euro ? Que leur est-il arrivé ? Quelle est la principale caractéristique d’une monnaie ? Pourquoi la Bible écrite il y a plus de 2000 ans et les Prix Nobel d’Économie arrivent-ils aux mêmes conclusions sur ce qu’est une monnaie ? Quelles sont les 2 causes essentielles qui feront exploser l’euro tôt ou tard ? Comment sortir juridiquement de l’euro ? Comment en sortir techniquement ? Quelles propositions concrètes ?

Narbonne, 8 avenue des Pyrénées, Restaurant Botafogo
Entrée gratuite

 




 

Mercredi 19 janvier à Avignon (19h30-22h00)
Conférence-débat : “Qui gouverne la France et l’Europe ?”


Résumé : Qui a inventé la construction européenne ? En quoi consiste le stratagème avec lequel on a volé aux Français leur liberté ? Pourquoi l’Europe est-elle nécessairement de plus en plus inefficace et dictatoriale ? Pourquoi l’Europe ne peut-elle pas être faite autrement ? De Gaulle était-il vraiment pour l’Europe ? Le moteur franco-allemand existe-t-il ? Qui sont les lobbys qui affirment parler au nom du peuple européen ? Qui sont ces commissaires européens plus puissants que nos ministres ? Pourquoi les programmes de tous les partis politiques sont-ils devenus inapplicables ? Pourquoi votre bulletin de vote ne sert-il plus à rien ? Cette conférence démonte la stratégie américaine vis-à-vis de l’Europe depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale et expose ainsi, avec une clarté rarement égalée, les questions les plus essentielles qui se posent aujourd’hui à la France .

Salle des fêtes de l’Hôtel de ville, Place de l’Horloge à Avignon
Entrée gratuite

 




 

Jeudi 20 janvier à Avignon/Montfavet (19h30-22h00)
Conférence-débat “Faut-il VRAIMENT avoir peur de sortir de l’Euro ?”

Résumé : Alors que les problèmes posés par l’euro ne cessent de s’aggraver et que la plupart des experts anticipent sa prochaine explosion, les grandes manoeuvres d’intimidation sont de retour : ceux là mêmes qui avaient promis aux Français, il y a 19 ans, que l’euro leur apporterait croissance, prospérité et plein emploi, leur assurent maintenant que sortir de l’euro provoquerait l’Apocalypse. Cette conférence démasque cette nouvelle manoeuvre en apportant des informations spectaculaires et inédites : il existe en effet un peuple en Europe à qui l'on a déjà fait ce coup de l’Apocalypse, et qui pourtant a tenu bon : que lui avait-on dit et que lui est-il arrivé ? La comparaison avec le cas français permet de bien cerner les enjeux et de comprendre pourquoi les Français doivent tenir bon et sortir de l’euro au plus vite.



Avignon/Montfavet, 3760 Route de Marseille, Restaurant “La terrasse d’Eden”
(A côté de l’aéroport d’Avignon, à 5 minutes d'Agroparc, Fontcouverte, M.I.N.)
Parking facile sur place
Tarif d’entrée : 3 euros

 




 

Vendredi 21 janvier à Saint-Julien-de-Peyrolas (Gard) (19h15-22h30)
Conférence-débat “Si nous quittions l’Europe !”

Résumé : Cela fait des décennies que l'on nous explique que la construction européenne est l’avenir de la France, et que cet avenir est à la fois très souhaitable et absolument inéluctable. Pourtant, plus l’Europe se construit et moins les promesses dont on l’avait assortie se vérifient : les pays d’Europe ne cessent de dégringoler dans la hiérarchie des puissances et les États-Unis règnent désormais en maîtres sur le continent et une large partie de la planète. Mais, comme toujours, l’Histoire est pleine de ruses :cet édifice politique, lancé il y a 60 ans, est désormais vermoulu et des problèmes majeurs le condamnent à la dislocation. Que se passerait-il si nous quittions l’Europe ?



Salle des Fêtes de la Mairie (centre du village, parking des écoles)
Entrée gratuite

 




 

Samedi 22 janvier à Montpellier (14h00-17h00)
Conférence “Pourquoi l’Europe est-elle comme elle est ?”

Résumé : De l’extrême droite à l’extrême gauche en passant par toutes les sensibilités politiques , il n'y a pas un seul mouvement politique français, à part l’UPR, qui ose se déclarer contre le principe même de la construction européenne. Mais, sur tout l’éventail politique, il ne se trouve pas non plus un seul responsable qui se déclarefavorable à l’Europe telle qu’elle existe. En somme, tous les responsables politiques français se déclarent pour le principe de la construction européenne et contre la manière dont on constate qu’elle se déroule. Mais au fait, pourquoi l’Europe est-elle comme elle est ? Et comment se fait-il qu’aucun responsable politique ne pose jamais publiquement cette question toute bête ?



Université Paul Valéry Montpellier 3, Route de Mende
Entrée gratuite et ouverte à tous.




Publié le 24/11/2010

Grande réunion publique et buffet-débat avec François Asselineau à Toulouse

ieu.jpg Cette réunion publique aura lieu le samedi 4 décembre 2010 à 19H00 à Toulouse.

Elle comprendra deux temps forts :

a)- une conférence mise à jour sur “Les 12 impasses de l’Europe”

b)- un buffet-débat du président de l’UPR avec le public.

N’hésitez pas à y venir avec des amis, et notamment avec ceux qui sont désespérés et qui ne croient plus dans la politique.

Car ce sera pour tous une occasion exceptionnelle pour comprendre ce que l’on vous cache et pour reprendre quand même confiance dans l’avenir de la France.

« Depuis 60 ans, on explique aux français que la construction européenne est l’avenir de la France. Que l’Europe serait inéluctable et qu’elle nous apporterait paix, bonheur, démocratie et prospérité.

Pourtant, plus la “construction” européenne avance et plus elle ressemble à une destruction. Les pays d’Europe dégringolent, notre industrie se délocalise hors de la zone euro, la précarité gagne, nos bulletins de vote ne servent plus à rien, les armées européennes mènent des guerres illégales à travers le monde, tandis que les États-Unis et les grandes banques règnent désormais en maître sur le continent et une large partie du globe.

Le dernier mot est-il dit ? Non, car l’Histoire est pleine de ruses : venez découvrir les 12 problèmes majeurs qui conduisent la construction européenne à son inéluctable chute finale. »



Pour davantage d’informations : tract-les-12-impasses.pdf

Conférence : Les 12 impasses de l'Europe
Date : Samedi 4 décembre à 19H
Lieu : 15 rue Sainte Anne - Toulouse - Métro B, Station « François-Verdier »

Publié le 13/10/2010

Qui gouverne réellement la France ?

François Asselineau expose l'évolution de l'indépendance de la France, notamment à travers la construction européenne. Une conférence très intéressante, avec de nombreuses informations que nous n'avons JAMAIS entendues dans nos chers médias officiels, et qui montrent à quel point il nous faut, à nous le peuple français, reprendre le pouvoir.